Balade du 15 février 2019 : Nanterre-Centre, Cathédrale Sainte Geneviève, Quartier des Musiciens et retour

Ce vendredi, une petite balade de 5,62 km en une heure et trente cinq minutes.

Départ rue du Marché, puis, à gauche, rue Henri Barbusse et tout de suite à droite rue Maurice Thorez.

Nous empruntons à droite la rue de l’Église et pouvons dès lors admirer, à gauche, une fresque de 40m² installée sur une façade du bâtiment paroissial, à deux pas du parvis de la cathédrale Sainte Geneviève. Cette mosaïque a été conçue par le Révérend Père Marko Ivan Rupnik pour les 50 ans du diocèse. C’est en hommage à la sainte patronne des gendarmes, de la ville de Paris et de Nanterre. Elle a été collée, en juin 2017, par dix artistes conduits par l’auteur de l’œuvre.
Sous la mosaïque, la Chapelle Sainte Geneviève.
Le panneau d’information sur l’origine la Chapelle.
A gauche de la chapelle, le puits de Sainte Geneviève avec le panneau d’information sur la mosaïque
Le panneau d’information sur le puits Sainte Geneviève.
L’entrée de la cathédrale et son parvis.
Information sur le parvis.
Une vue d’ensemble, puits, mosaïque et cathédrale.
Une autre information sur l’histoire de ce lieu de culte. On apprend que le clocher de la cathédrale date du XIVème siècle.
Lire l’article « La Cathédrale Sainte-Geneviève de Nanterre » sur le site de la SHN
Après la rue de l’Église, nous arrivons au croisement avec la rue des Anciennes Mairies que nous empruntons. A droite de cette rue, la crèche municipale qui fut la première Mairie de Nanterre de 1842 à 1923.
Le panneau d’information sur le bâtiment.
Sur la gauche de la rue des Anciennes Mairies, le « Cinéart« . C’est un espace de réception unique au cœur de Nanterre. Il est passé de ferme, au début du 20éme siècle, à cinéma dans les années 50. Le site internet du Cinéart.
En poursuivant, toujours sur la gauche de la rue, un bâtiment qui fut une salle d’asile en 1847, ancêtre de l’école maternelle.
Le panneau d’information sur l’histoire de ce bâtiment.
Rue des Anciennes Mairies, toujours sur la gauche, à l’intérieur du parc, la villa « Les Tourelles », qui fut la deuxième Mairie de Nanterre de 1923 à 1973.
En face, la Maison de la Musique, fondée en 1994, toute en courbes. Concerts, spectacles, ateliers, rencontres… Cet équipement municipal possède une salle de concert et un auditorium.
Visitez le site internet de la Maison de la Musique de Nanterre. 
Toujours sur la gauche de la rue des Anciennes Mairies, près du croisement avec la rue Volant, la Bourse du Travail abritant, entre autre, l’Union locale CGT.
Après avoir traversé la rue de Stalingrad nous nous engageons dans une impasse la « Villa Marthe » où nous pouvons voir cette maison habillée de bois.
Nous revenons sur la rue de Stalingrad et nous empruntons l’avenue Louis Meunier. A l’angle, l’AGORA, maison des initiatives citoyennes, anciennement la caserne des pompiers de Paris de Nanterre. Visitez la page Facebook de l’Agora.
Le « Pavillon de Tir » sur le site de l’Agora.
En arrière plan, la tour qui permettait aux pompiers de l’époque le séchage des tuyaux.
Le panneau d’information sur l’histoire du bâtiment.
Dans la rue Louis Meunier, à droite, le Club amitié et Loisirs des Seniors, en arrière plan, un square particulièrement arboré.
L’entrée du square « Juliette Dubois Plissonnier »
Une stèle à la mémoire de Juliette DUBOIS-PLISSONNIER (1911-1990)
Après avoir tourné à gauche sur la rue Victor Hugo, nous empruntons, à droite, la rue du Sergent Bobillot. Nous remarquons un petit castel. Le propriétaire nous fait entrer pour que nous puissions visiter sa propriété…
… à l’intérieur, un jardin parsemé de bonsaïs très bien entretenus…
… des statuts bouddhistes…
… un épicéa taillé à la façon bonsaï…
… au fond de la cour, une cloche bouddhiste (bonshō) et, en arrière plan, un poulailler…
Le propriétaire a créé une association Bouddhiste, où les personnes qui le souhaitent peuvent venir se recueillir ou méditer dans une salle aménagée à cet effet. C’est totalement gratuit, il faut simplement prendre rendez-vous.
Dans la même rue, une autre bâtisse imposante…
… une autre plus originale…
… une dernière avec sa tourelle…
… la tourelle vue de côté.
Un peu plus loin dans la rue, une petite maison en pierres meulières.

Après avoir tourné à gauche au bout de la rue du Sergent Bobillot nous empruntons la rue Paul Bert, puis, à droite, la rue Pascal, pour arriver dans la rue Mozart (Quartier des Musiciens).

La rue Mozart.
Une maison de cette rue avec ses pierres apparentes.

Nous prenons à gauche la rue Raymond Barbet, puis à droite la rue Claude Debussy.

Une photo de cette rue…
… puis une autre…
Au bout de la rue, une maison avec son revêtement en bois…
… la même maison vue de la rue Marcelin Berthelot.
Nous traversons cette rue et entrons dans le cimetière du centre avec ses allées rectilignes…
… une vue du cimetière avec des tours en arrière fond dont celles de la Société Générale de La Défense…
… le monument aux morts de la guerre de 1870.

Après avoir traversé le cimetière, emprunté à gauche la rue de Courbevoie, coupé la rue des Venets, nous arrivons boulevard du Levant.

Une photo du boulevard.

Une fois sur le boulevard, nous tournons à gauche pour emprunter l’avenue Rochegude.

Une propriété de cette avenue. Où est le photographe ?
Une maison de l’avenue ne manquant pas de charme…
… puis une autre située dans une impasse la « Villa Marcelle » donnant sur l’avenue Rochegude…
… une bâtisse de style totalement différent toujours dans la « Villa Marcelle ».
Au bout de l’avenue Rochegude, des petits immeubles aux volets verts…

Nous tournons à droite sur la rue Sadi Carnot.

Sur la droite de la rue, un immeuble bien particulier avec ses motifs géométriques…
… la façade de l’immeuble avec son entrée principale…
… un deuxième immeuble attenant au précédent.

Après avoir descendu la rue Sadi Carnot, traversé la place Gabriel Péri, nous nous retrouvons rue des Anciennes Mairies.

Ici, l’entrée de la médiathèque Flora Tristan qui fut une annexe de la première Mairie de 1902 à 1923 …

La façade de la Médiathèque. Lieu d’accueil sympathique où petits et grands trouvent toujours quelque chose à découvrir dans son cadre cosy.
Nous reprenons la rue de l’église. La cathédrale Sainte Geneviève vue depuis cette rue…
… une des façades et le clocher…
… et l’arrière de la cathédrale.

Nous quittons la rue de l’église pour revenir sur la rue du Marché.

Une promenade urbaine avec ses lieux insolites à faire en famille par exemple.

Le Parc des Anciennes Mairies

Le parc des Anciennes Mairies se situe dans le quartier du Vieux-Centre. Une première entrée est entre le 18 et 22 rue Maurice Thorez ; la deuxième est au 8 rue des Anciennes Mairies.

L’entrée du parc rue Maurice Thorez.
Le panneau d’information narrant l’historique du parc.
Au bout de l’allée principale, une mare avec son jet d’eau.
L’entrée du parc, côté rue Maurice Thorez, vue depuis l’allée principale.
L’entrée, côté rue des Anciennes Mairies.
Le théâtre de plein air « La Conque » (Georges Gautier, 1937). De forme ovoïde, une tête a été sculptée sur la face avant de son sommet.
La peinture intérieure est de Charles Belles intitulée « Sens figurés ».
Un panneau d’information sur les peintures successives à l’intérieur de La Conque (voir ci-dessous)
Les peintures de La Conque de 2011 à 2017.
Les serres municipales qui vivent leurs dernières heures. Le projet d’agrandissement du parc prévoit leur disparition, ainsi que d’autres bâtiments en photos ci-après.
A droite de l’allée principale, l’arrière du centre médical qui devrait lui aussi disparaître. Le nouveau centre s’installera dans des bâtiments neufs, rue Jean-Baptiste Lebon.
Les bâtiments du centre médical qui devraient être détruits (vue depuis l’entrée du centre).
Cette villa principale du centre médical, située à droite de l’entrée, devrait théoriquement être conservée.
Des salles de réunion, près de la cathédrale, qui devraient également disparaître…
Le panneau d’information sur le projet d’agrandissement du parc. Une consultation de la population est organisée du 8 février au 8 mars 2019 pour recevoir des propositions. Se rendre sur la page dédiée du site de la mairie de Nanterre.
Les trois phases d’aménagement.
Au bout de l’allée principale du parc, à droite, le monument aux morts…
… de face…
… côté droit…
… une plaque d’information pour le respect dû à nos morts.
Le parc de jeux pour enfants très fréquenté.
Une sculpture représentant deux personnages d’antan…
Une autre mare et son jet d’eau.
Une allée intérieure…
… une autre proche de la rue des Anciennes Mairies. En arrière plan, un des pignons de la Maison des Associations.
L’entrée de la Maison des Associations vue depuis la rue des Anciennes Mairies.
Un petit jardin à l’intérieur du parc.
Une note d’information sur la « Gestion différenciée des espaces verts ».
Un très vieil arbre dont les branches sont soutenues par des étais.
C’est un Sophora du Japon.
Une plantation du parc.
Ici, l’arrière de la villa « Les Tourelles », donnant sur le parc, qui fut une ancienne mairie de Nanterre (1923-1973)…
le côté droit de la villa…
… son entrée principale.
Une stèle en hommage à Raymond Barbet, qui fut Maire de Nanterre, Conseiller Général et Député.

Un parc agréable où il fait bon s’y promener ou s’y reposer. Une nouvelle page du parc sera créée sur ce site une fois que les transformations prévues auront été mises en œuvre.

Balade du 12 février 2019 : Nanterre-centre, Rueil par la Seine et retour

Ce mardi, une marche de 9,49 km en deux heures et onze minutes.

Départ depuis la rue du Marché en direction de la rue Henri Barbusse.

A l’intersection de la rue du Marché et de la rue Henri Barbusse, un immeuble caractéristique chargé d’histoire.
Le panneau d’information sur cet immeuble, une ancienne graineterie.

Après avoir emprunté sur la gauche la rue Henri Barbusse, au premier carrefour, nous tournons à droite pour nous retrouver rue Maurice Thorez.

Sur la gauche de la rue Maurice Thorez, juste en face de l’entrée du Parc des Anciennes Mairies, un immeuble des années 30 bien représentatif des constructions de l’époque…
… ce même immeuble, vu de l’allée principale du parc.
Juste après, au-dessus de la boutique du fleuriste, un immeuble atypique avec son porche.
Une vue d’habitation au-dessus du porche, côté intérieur.
Toujours dans la rue Maurice Thorez, le cinéma « Les Lumières » qui est aussi un cinéma d’art et d’essai. Le site du cinéma
La résidence construite au-dessus du cinéma et du parking des Lumières, avec sa tourelle et une « œuvre artistique » accrochée sur son flanc…
La rue Maurice Thorez vue depuis l’entrée du passage permettant de se diriger sous les voies du RER A au niveau de la gare Nanterre-Ville.
Nous empruntons ce passage bordé de plots en bois chacun chapeauté d’une plaque d’information sur des végétaux…
… ici une information sur le « Paulownia »…
… et là une information sur « l’Erable plane ».
Après être passés sous les voies, nous tournons à droite et apercevons l’entrée de la gare.
La gare est en rénovation. Ici, le panneau d’information.
Après avoir traversé l’avenue du Général Gallieni, nous empruntons le Boulevard de la Seine. Ici, la gare prise depuis ce boulevard.
Nous traversons l’avenue de la République et apercevons sur la gauche, le marché couvert installé au-dessus de la A86 enterrée à cet endroit. C’est l’action conjuguée de la municipalité et de plusieurs associations de défense de l’environnement qui a permis cet enfouissement. Cette autoroute était prévue, au départ, en tranchée ouverte. Pour en savoir plus, lire l’article « L’autoroute A86 à Nanterre » en ligne sur le site de la Société d’Histoire de Nanterre.
De l’avenue de la Commune de Paris, nous empruntons le Boulevard du Général Leclerc.
Côté gauche du boulevard, la Salle des Guignons, caractéristique ; peu avenante…
Sur le boulevard, à droite, une villa en pierres meulières.
Dans la continuité, la mairie de quartier.
Sur la gauche du boulevard, un grand chantier. Une construction qui viendra en remplacement du centre commercial qui existait auparavant.
Le chantier sur toute sa longueur. En arrière plan, des tours du Chemin de l’Île.
Le projet de remplacement…
… la suite de l’information…
La Maison du Chemin de l’Île…
… une vue de l’entrée…
… à l’extrémité, l’espace jeunesse.
Sur la droite du boulevard, d’autres tours du Chemin de l’Île…
… sur la gauche, encore et toujours des tours (années 70).
Nous empruntons, sur la droite, la rue des Sorbiers.
Au bout de cette rue, nous apercevons le gymnase du centre sportif Voltaire.
Après avoir tourné à gauche sur la rue de l’Union, nous prenons immédiatement à droite, la rue Lannes. Sur la gauche, un petit parc arboré et verdoyant.
Une autre vue de ce parc.
A l’extrémité de cette rue, à droite, l’arrière du gymnase et le terrain de sports collectifs (foot, basket…)
La rue de Lannes prise du boulevard de Seine où elle débouche.
Nous empruntons à gauche le boulevard de Seine. A son extrémité, à droite, l’avenue Hoche ; en arrière plan le « Pavillon des Berges » installé à la lisière du Parc du Chemin de l’Île.
Le « Pavillon des Berges » sous un autre angle. 
Après avoir traversé l’avenue Hoche, nous empruntons la voie sur berge (La promenade bleue) en direction de Rueil-Malmaison.
Cette voie est réservée exclusivement aux piétons et aux cyclistes.
Sur la Seine, des canards à col vert…
Une vue de la Seine depuis la voie sur berge. En arrière plan, le pont de la A14.
La voie est balisée de petits panneaux numérotés avec un n° de téléphone à appeler en cas d’urgence.
Sur la gauche de la voie, une allée pavée située dans la continuité du boulevard du Général Leclerc.
A l’angle de la voie et de l’allée, la station de pompage des eaux usées et de lutte contre les crues.
Nous entrons, à partir de ce panneau, dans une zone à risque d’accident technologique du fait de l’installation, en bord de Seine, de plusieurs entreprises pétrolifères. Le panneau indique l’attitude à tenir en cas d’alerte… Cette zone « SEVESO » restera-t-elle pérenne ?
Toujours sur la Seine, des cygnes en promenade.
A l’intersection entre la voie sur berge et l’avenue Jules Quentin, une entreprise de cimenterie nous empêche de poursuivre sur la voie sur berge. Nous devons contourner cette entreprise par l’arrière pour arriver vers une passerelle.
Nous passons par le chemin de contournement situé sur la droite de la rue Jules Quentin…
… pour arriver à la passerelle qui enjambe une darse.
Une vue depuis le haut de la passerelle.
La Seine vue d’en haut avec une péniche attelée à une barge.
Côté gauche de la passerelle, une vue sur la darse.
La passerelle vue d’en bas, une fois empruntée…
… la photo retouchée…
… la passerelle vue de côté.
Nous poursuivons notre balade sur la voie sur berge et apercevons, de l’autre côté de la Seine, une bâtisse qui doit certainement accueillir les golfeurs souhaitant faire un parcours sur le « Golf de l’Île Fleurie ».
Sur un pylône, un cormoran consciencieusement assure sa vigie…
Une barge est installée en bord de Seine. (longueur 79m ; largeur 11m40 ; Poids 2622 tonnes). Chargée de sable et de gravillons, elle approvisionne les cimenteries à proximité.
A gauche de la voie sur berge, nous arrivons au parc aménagé des Impressionnistes de Rueil-Malmaison…
… nous traversons le parc…
… avec ses aménagements…
… un petit pont…
… une allée.
Nous poursuivons sur la voie sur berge arborée.
De l’autre côté de la Seine, nous apercevons le restaurant de la Maison de la Fournaise.

Au bout de la voie sur berge, nous empruntons le quai Adolphe Giquel, tournons à gauche sur la place des Impressionnistes, et poursuivons en direction de la rue Louis Blériot.

Nous entrons dans le quartier Rueil 2000 avec ses immeubles modernes…
… un autre.
Sur la voie, côté gauche, du cours Ferdinand de Lesseps, une œuvre d’art où un pigeon a trouvé refuge…Ou est-il ?
Cette œuvre est de 1994, signée « Etienne » (inscriptions situées à la base de colonne cylindrique).
Nous prenons l’avenue Edouard Belin avec des constructions récentes…
… pour déboucher sur un grand carrefour. Nous empruntons, sur la gauche, la rue des Deux Gares.
Ici, une entrée de la gare du RER A de Rueil.
Sur la gauche de la rue des Deux Gares, un énorme chantier.
Au rond-point nous tournons à droite pour emprunter un passage souterrain sous les voies de chemin de fer. Au bout, nous tournons à gauche pour prendre la rue Pereire.
La rue Pereire longe la voie ferrée jusqu’à Nanterre pour devenir la rue Boileau.
Ici, les immeubles du quartier du Vieux Pont.
Sur la droite de la rue Boileau, au bout de l’allée Tolain, le groupe scolaire Paul Langevin, abritant une école et le Lycée professionnel Paul Langevin en voie de délocalisation.

Arrivés au bout de la rue Boileau, à droite, nous nous retrouvons rue Thomas Lemaître.

Après la rue de l’Ouest, sur la gauche de la rue Thomas Lemaître, l’école maternelle Casanova avec ses formes arrondies…
… la cour de l’école.
Et nous arrivons à notre point de départ, rue du Marché.

Une balade à la fois urbaine et bucolique, très sympa à faire. A recommander.