Balade du 19 janvier 2019 : Nanterre-centre, La Défense et retour


Ce samedi, une marche de 10,28 km en deux heures et quinze minutes.

Départ depuis la place du Castel Marly en direction de la place Gabriel Péri.

D’un côté de la place, l’immeuble « Castel Marly 1 », du parc social de Nanterre, et ses commerces en attente de repreneurs éventuels.
La continuité de « Castel Marly 1 » avec son commerce d’alimentation.
De l’autre côté, un immeuble du parc privé installé au-dessus de la halle du marché.
La continuité de l’immeuble du parc privé avec son commerce de vêtements.
En prenant la rue du Castel Marly on aperçoit la Synagogue de Nanterre (anciennement « Les Bains-Douches »).
Nous arrivons place Gabriel Péri.
La place avec une vue plus en profondeur.
A l’intersection de la rue Waldeck Rochet et de la rue des Anciennes Mairies, un bâtiment public qui abritait la première mairie de Nanterre.
Rue Waldeck Rochet, la maison de retraite protestante.
Nous arrivons à la Place Jean-Baptiste Plainchamp avec une bâtisse atypique et sa terrasse ceinte de balustres.
Nous empruntons alors la rue de Courbevoie avec son terrain de boules.
A l’intersection de la rue de Courbevoie et de la rue Victor Hugo, le collège éponyme.
Toujours dans la rue de Courbevoie, une expositions de stèles funéraires du marbrier d’en face avec les immeubles de la cité Joliot-Curie en arrière plan.
Sur la gauche de la rue de Courbevoie, l’entrée du Cimetière du Centre.
Le cimetière et son allée principale.
A l’intersection de la rue de Courbevoie et du Boulevard Honoré de Balzac, on aperçoit en arrière plan, la clinique de la Défense, la Préfecture et un bâtiment du Conseil départemental.
Au croisement du Boulevard Honoré de Balzac et de l’avenue Joliot-Curie, le siège de l’Office Municipal HLM de Nanterre, nommé maintenant OPH de Nanterre.
Après avoir emprunté un petit bout de l’avenue Joliot-Curie en direction de la préfecture, nous voilà maintenant dans le parc départemental André Malraux. On peut remarquer en arrière plan la passerelle piétonnière qui permet d’enjamber l’avenue Joliot-Curie.
A l’intérieur du Parc, une zone désaffectée…
En réalité, cette zone était une aire de service provisoire qui devait être remise en état en août 2017. En janvier 2019, sa remise en état se fait attendre !
Dans le parc, sur la gauche, une montée qui nous emmène vers un mur d’escalade.
Sur la droite, un plan d’eau avec cygnes, canards, mouettes et autres oiseaux… Avec un peu de chance peut-être rencontrerez-vous des oies bernaches en cours de migration.
En arrière plan, on aperçoit des tours de la Défense et les tours Aillaud (appelées également les tours Nuages) situées dans le quartier Pablo Picasso. Ces tours vont d’ailleurs prochainement faire l’objet d’une réhabilitation importante.
Une image du parc… Cherchez le totem.
Nous voilà arrivés à la sortie du parc (côté Nanterre-Préfecture) symbolisée par ces six colonnes rayées.
Un panneau d’information du Conseil départemental relatives à certaines constructions de la Défense et terrasses végétalisées, planté à la sortie du parc André Malraux.
Nous débouchons sur une large allée en direction de l’Esplanade Charles De Gaulle. Cette allée est constituée de différents matériaux qui alternent entre bois et acier (traverses de voie de chemin de fer et rails), béton et dalles, le tout bordé par des cubes constitués de parois en verre spécial et armatures en acier. Très original…
Un cube en gros plan où sont inscrits des aphorismes (malheureusement en partie effacés) sur chacune de ses faces.
Un de ces cubes semble particulièrement malmené. Dommage !
Sur la droite, en début d’allée, l’ancienne école d’architecture laissée à l’abandon et une des tours nuages en arrière plan.
Sur la gauche de l’allée, l’école de danse de l’Opéra de Paris
L’école en plan plus serré.
A droite de l’allée, une vision architecturale originale.
Nous arrivons sur l’Esplanade Charles De Gaulle avec, à droite, la rue Salvador Allende
La rue suivante, toujours à droite, est la rue des 3 Fontanot
Après être passés devant la gare de Nanterre-Préfecture, traversé le boulevard de Pesaro, emprunté un bout de la rue Célestin Hébert, nous voilà arrivés à la Terrasse de l’Arche.
En remontant sur la Grande Arche, à droite, un immeuble qui pourrait, pour certains, évoquer l’architecture stalinienne !
Nous approchons de la Grande Arche avec sur la gauche le stade et salle de spectacle « Paris La Défense Arena ».
Le « Paris La Défense Arena » et son architecture audacieuse.
Ce jour là, le racing 92 jouait un match de rugby.
Juste avant la Grande Arche, à droite, une construction d’immeubles modernes enchevêtrés.
Nous voilà arrivés au pied de la Grande Arche, élégante et racée !
Un petit tour au CNIT sur l’esplanade de la Défense…
Le plan du CNIT
Une petite info sur les abeilles du CNIT. Et oui, il y en a là aussi ! Surprenant et rassurant.
… et aux Quatre Temps, temple de la consommation…
Dans le sens du retour, une signalétique au début de l’allée de la Terrasse de l’Arche avec une expression artistique.
Sur la gauche de l’allée, une vue des deux tours de la Société Générale.
Une autre vue des immeubles, côté gauche, longeant l’allée de la Terrasse de l’Arche.
L’allée arborée de la Terrasse de l’Arche toujours dans le sens du retour.
On regarde les immeubles, à droite de l’allée, souvent différents, mais ne manquant pas de caractère.
Sur la gauche, des immeubles un peu plus austères avec, fort heureusement, une coulée verte sur toute la longueur.
On aperçoit un cube vitrine mentionnant un Espace d’Art et la présence d’un Bowling, le tout accessible par le niveau inférieur. Après exploration par contournement du cube, aucune œuvre artistique visible… L’énigme demeure…
Nous arrivons à la place Nelson Mandela que nous allons traverser… Belle perspective !
Une vue arrière depuis cette place.
Nous sommes maintenant sur la Terrasse de l’Université avec ses immeubles futuristes.
Une autre partie de la façade de l’immeuble, tout en longueur, présentée précédemment.
Une jolie et diverse continuité…
Deux constructions avec pignons bleu france
En bout de la Terrasse de l’Université, sur la gauche, la coulée verte en cours d’aménagement (verger, prairie…)
Nous débouchons sur le boulevard des Provinces Françaises. Après ce boulevard, dans la continuité de la Terrasse de l’Université, d’autres immeubles en construction avec, allée verte en cours d’aménagement. Théoriquement cela devrait rejoindre les berges de la Seine.
Une vue prise du milieu du boulevard des Provinces Françaises en direction de la gare Nanterre-Université. Un quartier en pleine restructuration, avec de multiples constructions d’immeubles peut-être un peu trop proches les uns des autres…
Une fois le boulevard des Provinces Françaises traversé, une vue sur la nouvelle Terrasse en cours d’aménagement.
Le plan d’aménagement de la nouvelle terrasse.
En remontant le boulevard des Provinces Françaises sur la droite : Nouveau quartier, donc nouvelle école en construction également. A priori, à énergie positive…
En face de l’école, le bâtiment du Conseil départemental que l’on voyait de la Terrasse de l’Université précédemment.
Après avoir emprunté sur la droite le boulevard Jules Mansart, on aperçoit le quartier Marcelin Berthelot avec ses espaces arborés.
Ensuite, nous empruntons le boulevard Blaise Pascal pour déboucher sur la rue Pascal. Sur la droite, les immeubles des gardes républicains.
A l’intersection du boulevard Blaise Pascal et de la rue Pascal, un arbre majeur a été planté, en l’occurrence, un Sophora du Japon.
Une continuité de petites maisons individuelles sur la gauche de la rue Pascal, face à la voie ferrée du RER A.
En bout de la rue Pascal, des maisons plus anciennes ne manquant pas de style.
Une autre également à côté.
Sur la droite, l’autre côté de la voie ferrées, la Maison du Docteur Pierre (ex Natalys) totalement réhabilitée et abritant de nombreuses associations.
Après la rue de la Gare, nous voilà rue Maurice Thorez avec ses diversités de bâtis et façades.
Nous tournons à droite pour prendre la rue du Docteur Foucault.
Nous arrivons à l’angle du passage du Quignon et de la rue Silvy, où se trouve l’atelier de poterie « Félicéram » qui vaut le coup d’être visité.
En poursuivant la rue du Docteur Foucault, une jolie maison en pierres meulières qui abrite un cabinet médical.
Nous laissons la rue du Docteur Foucault, pour emprunter la rue Jean-Baptiste Lebon. En se retournant, on voit le nouveau restaurant « La Cabane » anciennement « Le coin Tranquille »
Après avoir traversé la rue Henri Barbusse, emprunté le passage Georges Hany et remonté le boulevard du Midi en direction de la place du Marché, nous voilà arrivés à notre destination.

Un périple de plus de 10 km où nous avons côtoyé immeubles anciens et modernes, voire, futuristes. Nanterre est une ville multifacettes comme sa population. C’est ce qui fait sa richesse…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 + 27 =